samedi 22 février 2014

La chanteuse d'opéra



Comme toujours, après la publication de mon billet d'hier, je demande à ma conjointe ce qu'elle en pense:
_ Puis ?
_ Hum, je ne sais pas. C’est compliqué.
_ Compliqué…
_ Dans le fond, ce que tu essaies de dire, c’est que les Ukrainiens ne sont pas habitués à la démocratie.
Ce n'est pas ce que je voulais dire, mais en relisant le billet, c'est passablement ce que j'ai dit. Et en plus, c'est touffu, les paragraphes sont longs et les enchaînements d'idées pas toujours évidents. Un vrai texte à la Bock-Côté, qui, lui, est par ailleurs souvent génial.

Sur le fond, c'est vrai que les Ukrainiens ne sont pas familiers avec la démocratie. Un président élu honnêtement avec une majorité évidente et un mandat clair, ce n'est pas assez pour ceux qui ont perdu, même si la position du gouvernement ukrainien sur le projet d'association avec l'Europe est réaliste et incontournable. Les Québécois ont perdu le référendum de 1995 par 49,42% des voix et n'ont pas pour autant planté leurs tentes, leurs cantines, leurs bécosses et leurs barricades devant le parlement d'Ottawa. En 2000, Al Gore a gagné les élections américaines au nombre des votes mais il s'est quand même retiré dans ses terres après que la Cour suprême eût accordé les grands électeurs de la Floride à George W. Bush.

Une anecdote peut aider à mieux comprendre. La Russie fournit 40% du gaz consommé par l'Union européenne et 80% de ce gaz passe par l'Ukraine. L'Ukraine, en 2008, alors sous la gouverne de Ioulia Tymochenko comme premier ministre, n'a pas payé son gaz et refuse le prix demandé par les Russes. La Russie coupe la portion de gaz destinée à l'Ukraine, laquelle continue de s'approvisionner à même le pipeline mais réduit d'autant les livraisons dues à l'Europe. Constatant ce détournement, la Russie coupe tout le gaz en direction de l'Ukraine le 7 janvier 2009.

Des négociations s'enclenchent. Un accord intervient et la Russie signe l'accord le 10 janvier. Dans la nuit du 10 au 11 janvier, l'Union européenne et l'Ukraine signent à leur tour. Le lendemain, le président russe Medvedev constate avec stupeur que Ioulia Tymochenko a ajouté unilatéralement une annexe à la convention et il déclare l'accord nul et sans valeur. Tymochenko fait marche arrière et enlève l'annexe le 12 janvier. Le 17 janvier, en dépit de l'accord, l'Ukraine, cette fois-ci, bloque toujours les livraisons à l'Europe. Après une nouvelle rencontre à Moscou où l'Ukraine améliore son tarif préférentiel sur le gaz russe, les livraisons à l'Europe reprennent le 22 janvier.

En Ukraine, en affaires comme en politique, ce n'est jamais fini tant que la grosse madame n'a pas chanté. Et encore...
 
Breaking News: Par 328 voix sur 450 députés, la Rada a destitué Viktor Ianoukovitch. Ioulia Tymochenko, la chanteuse d'opéra dont il est question plus haut, a été libérée après que la Rada eût rayé du code pénal le crime d'abus de pouvoir (!), celui-là même pour lequel elle fut condamnée. Elle s'est présentée place Maïdan en proclamant: «Je suis certaine que l'Ukraine va devenir un membre de l'Union européenne dans un avenir proche et cela va tout changer».

Je suggère de lire Pourquoi l'Ukraine est au bord de la faillite afin de comprendre à quel point ce pays va mal et pourquoi l'Europe n'est pas une solution pour lui.

Aucun commentaire: