dimanche 27 décembre 2009

Minizylag s'inquiète

Beaucoup de mes blogues avancent des «vérités songées» sur la base d'informations parcellaires. C'est pourquoi je donne parfois l'impression de tout savoir, et surtout, de penser tout savoir. Ce qui est manifestement faux.

Si j'avais su à la fin des années '70 qu'Apple réussirait comme elle l'a fait, je serais aussi riche que Forrest Gump. Le hasard m'a offert une deuxième chance. Si j'avais su que le retour de Steve Jobs en 1996 relancerait la compagnie, j'aurais là aussi acheté massivement des actions. Je n'en ai pas acheté. Fin de la démonstration: je ne sais pas tout. Et je le sais.

Ce qui, de toutes façons, ne m'empêchera pas de penser et d'écrire comme si je savais tout. L'acte d'écrire implique que l'on pense tout savoir, au moins sur le sujet qui fait l'objet de notre sollicitude. Par contre, il est aussi possible d'écrire sur ce qu'on ne comprend pas. Ainsi, j'aimerais qu'on m'explique les problèmes suivants:

Toutes les statistiques de l'OCDE, une des organisations les mieux pourvues en économistes sur les trentes pays les plus développés de la planète, démontrent que les États-Unis ont actuellement le système de santé qui coûte le plus cher tout en offrant la pire qualité de services au peuple américain. C'est la république de bananes. Les riches ont tout et les pauvres sont abandonnés à eux-mêmes.

Comme il y a aux États-Unis plus de pauvres que de riches, comment se fait-il que la réforme du système de santé y soit si difficile à implanter ?


En Amérique du Nord, tous les médias de la presse écrite ont de la difficuté à se redéfinir. On fusionne, on ferme, on met à pied, on rationalise, on réinvestit dans l'internet. Les journalistes du Journal de Montréal sont au courant de tout cela: ils sont journalistes. Les économistes de la CSN savent aussi tout cela: ils sont économistes.

Comment se fait-il que le syndicat des employés du Journal de Montréal pose comme préalable à la négociation que Québécor ne fasse aucune mise-à-pied ? Le b-a-ba de toute négociation veut que l'on ne pose pas de condition préalable si on n'est pas en position de force. La CSN ne sait pas cela ? Il y a quelque chose qui ne va pas.

Les journalistes de Gesca qui appuient les lockoutés du Journal de Montréal après avoir signé au rabais avec leur propre employeur me vont l'effet d'une joyeuse bande d'hypocrites. Les journalistes en lock-out de Rue Frontenac qui ont débusqué les scandales à la Ville de Montréal feraient bien d'enquêter pour voir s'il n'y a pas de magouilles douteuses qui font durer ce conflit stupide à leurs dépens.

Et ce n'est pas du côté de Québécor que j'enquêterais.


Au football américains, comment les puissants Vikings du Minnesota (11-3) ont-ils pu se faire planter par les Cardinals de l'Arizona le 6 décembre dernier ? Hein ? Les Cardinals, une équipe qui a été auparavant battue par les minables Titans du Tennessee (7-8) et qui l'a été par la suite par les évanescents Quarante-neufs de San Francisco (6-8) ? Hein ?

Aucun commentaire: