vendredi 19 septembre 2008

Drôles de manchettes


Voici deux affirmations que l'on prête à John McCain, candidat à la présidence des États-Unis:
Opening up the health insurance market to more vigorous nationwide competition, as we have done over the last decade in banking, would provide more choices of innovative products less burdened by the worst excesses of state-based regulation.
et:
Sen. McCain accused Spain of "picking a fight" with the U.S. in recent days, but warned that their "aggression and bellicosity will not stand."

"Spain can run, but it cannot hide," he told his audience at a rally in St. Louis. "I am fully prepared to invade Spain, and if that means sending troops to South America, where Spain is located, then so be it."

The Arizona senator seemed momentarily caught off-guard when a reporter suggested that Spain might be located in Europe, and not in South America, but Mr. McCain soon shot back, calling the reporter's comment "naïve."
L'une de ces deux citations lui est faussement attribuée. Laquelle ?
________________________________________________
Auteur de la photo: inconnu.

Indice: la citation la plus farfelue est la vraie.

N.B.: Je commence à me sentir coupable de dépeindre les Républicains comme des morons, ce qu'ils sont, sans aucun doute. Le problème, c'est qu'ils sont très nombreux. Après un brillant discours, on félicita Adlai Stevenson en lui disant: «Toute l'Amérique qui pense a apprécié votre discours.» Il répondit: «Cela ne sera pas suffisant, il me faut une majorité des votes.» De fait, il perdit deux fois aux mains du sympathique joueur de golf Eisenhower.

3 commentaires:

Anonyme a dit...

HAHAHAHAHAHAHAHAHAHA! (Je respire) HAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHA! (Je tente de rspirer) HAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHA! IIIIIHHH (Je m'étouffe un peu, là) HAHAHAHA... HAHAHAHAHAHAHA.... HAHAHAHAHAHAHAHA!
(Je tombe par terre, je me roule. Ça fait mal. Je me tords...)

Quelle frite ce McCain. Une paire parfaite avec sa récente vinaigrette débordante de trans-e.

McCain et la simplicité volontaire (banque-route, récession, etc.)pourrait se recycler dans une secte où les membres seraient tous suffisammentd évoués pour lui céder leurs parts et actions (...).

Et moi qui me croyait nulle en géo...

Merci de me faire rire. C'est même au-delà de l'absurdité de Jean Thomas Jobin... À mon tour de te faire (j'espère) rigoler.

Zed ¦D

(Et Tinky qui me suggère d'envahir la France!!!)

Anonyme a dit...

Le nota bene n'est pas de lui...

Que les voteurs qui ne pensent pas ne s'abstiennent pas. Car ces longs préparatifs pour 7 personnes, ça commence à faire un petit peu cher par personne. Ceux qui pensent doivent plutôt être occupés à penser à des choses plus intelligentes que ce cirque électoral, si déprimant...

Zed

Zylag a dit...

Tout comme Jean-Thomas Jobin, je me demande bien ce qu'il fait ce soir, Georges Moustaki. Très drôle.

Il fait aussi une belle description de l'électeur moyen qui parle de politique.