dimanche 23 septembre 2007

Le mystère du raid israélien en Syrie


Le 6 septembre 2007, des chasseurs israéliens F-15 attaquent un emplacement militaire situé au nord de la Syrie, près de Dayr az-Zwar. La Syrie dénonce alors la violation de son espace aérien et rapporte qu'elle a contraint les chasseurs israéliens à la fuite. L'affaire en reste là. Le gouvernement israélien ne commente pas, sauf Benjamin Netanyahu, l'ami des néo-cons, qui affirme avoir donné son appui à l'opération.

Et la machine à rumeurs s'emballe. On apprend de sources gouvernementales américaines qu'il s'agissait d'une usine servant à produire des armes nucléaires avec l'aide de la Corée du Nord. John Bolton affirme que le site sert à cacher du matériel nucléaire que la Corée du Nord veut soustraire à l'inspection de l'Agence internationale de l'Énergie atomique. Il est question d'un navire nord-coréen qui a livré sa cargaison trois jours plus tôt dans un port syrien. Pour d'autres, c'est un avertissement à la Syrie de ne pas réarmer les milices du Hezbollah. Il s'agissait, dit-on, d'un convoi d'armes à destination du Liban. Pour certains, il n'était question que de vols de reconnaissance photographique, pour d'autres, d'une attaque à caractère stratégique qui a permis à l'état hébreu d'anéantir, pour le moment, la menace syrienne.

Pendant que les organes de presse occidentaux se livraient aux pires rumeurs décrites ci-haut, le gouvernement Olmert se livrait avec la Syrie au jeu de la diplomatie. Il se disait prêt à ouvrir des négociations de paix sans conditions préalables. Le premier ministre israélien déclara le 11 septembre sur le réseau Al-Arabiyya:

I am ready to sit with you and talk about peace, not war. I will be happy if I could make peace with Syria. I do not want to wage war against Syria.
Le 18 septembre, le président Shimon Peres renchérissait:
We are ready for dialogue with Damascus.
À la suite de l'incursion aérienne, l'armée israélienne transférait ses troupes des hauteurs du Golan à la vallée du Néguev pour réduire les tensions à la frontière. L'analyste politique Sami Moubayed nous apprend, dans le même article cité plus haut, que quelques heures avant le raid aérien, Javier Solana, le chef de la diplomatie européenne, transmettait un message aux Syriens de la part de l'israélien Ehud Barak, à l'effet que les troupes israéliennes à la frontière seraient déplacées et qu'Israël ne voulait pas la guerre avec la Syrie.

Curieux, hein ? Ça explique peut-être la réaction modérée des Syriens. Mais l'affaire n'en reste pas là.

Vous sous souvenez de cette remarque étonnante de Paul Wolfowitz au sujet des mille et une raisons d'envahir l'Irak:

For bureaucratic reasons, we settled on one issue, weapons of mass destruction, because it was the one reason everyone could agree on.
Une raison bureaucratique pour faire des centaines de milliers de morts ! Je le vois encore, ce Wolfowitz, en train de sucer son peigne pour mieux lustrer ses cheveux... Eh bien, il semble que cela ait pris deux semaines pour que Washington et Jérusalem s'entendent sur une raison bureaucratique pour violer l'espace aérien d'un pays souverain et elle nous est donnée aujourd'hui par le Sunday Times:

Israeli commandos seized nuclear material of North Korean origin during a daring raid on a secret military site in Syria before Israel bombed it this month, according to informed sources in Washington and Jerusalem.

The attack was launched with American approval on September 6 after Washington was shown evidence the material was nuclear related, the well-placed sources say.

They confirmed that samples taken from Syria for testing had been identified as North Korean. This raised fears that Syria might have joined North Korea and Iran in seeking to acquire nuclear weapons.
Un commando israélien vole de l'armement nucléaire dans une usine isolée en Syrie. On analyse les bidules qui viennent à n'en pas douter de la Corée du Nord. La Syrie, comme l'Iran et la Corée du Nord, veut des armes atomiques. Washington donne son accord et Israël bombarde la Syrie.

Toute une raison bureaucratique pour bombarder ! J'ai l'impression qu'il y avait plus de scénaristes d'Hollywood que de bureaucrates dans la réunion qui en est arrivée à cette décision.
___________________________________________________________

photo par Sgt. Kevin Gruenwald, U.S. Air Force.

4 commentaires:

Artimon a dit...

in situ, pas plus d'explication:

Israeli journalist visits site of incursion into Syria
By Agence France Presse (AFP)

Thursday, September 27, 2007

JERUSALEM: A reporter for Israel's mass-selling Yediot Aharonot daily recently visited the area in Syria where Israeli warplanes carried out an apparent air attack, the newspaper said on Wednesday. "This is where the Israeli planes attacked," said the front-page headline in the daily next to a photograph of its reporter, Ron Ben-Yishai, standing in front of a sign reading "Deir Ezzor Research Station" in Arabic and English. The paper did not say how its military affairs correspondent managed to enter Syria, which is officially in a state of war with Israel. Deir Az-Zor is where, according to foreign media reports, Israeli warplanes bombed a secret military facility that allegedly contained nuclear material from North Korea - reports denied by both Damascus and Pyongyang. Syria has said that its air defenses fired on Israeli planes that had dropped ammunition deep inside its territory on September 6 and has lodged an official complaint over the incident with the United Nations. Damascus has released no further details of the strike, and Israel has maintained an official wall of silence over the incident. In his report, Ben-Yishai quotes local residents as saying that they heard planes fly over the area on the night of September 5-6. "There were a few Israeli planes here that made supersonic booms over the city and maybe even dropped something. We didn't hear any explosions on the ground," Ben-Yishai quoted a resident as saying. In a separate story, Yediot quoted anonymous military sources as saying that Syria had raised the state of alert for its military along the armistice line with the Israeli-occupied Golan Heights in recent days. - AFP

http://www.dailystar.com.lb

Zylag a dit...

Merci de l'info. Le mystère reste entier. Même, il s'épaissit.

911allo a dit...

Le même jour un B52 est parti du North Dakota avec 6 missiles cruse avec ogives nucléaires pour se rendre en Louisiane dans une base dédiée aux frappes sur le "middle east".

Cette opération court-circuitais la chaine normale de "command and control" des armes nucléaires, pourtant à l"épreuve des balles, car même le Secrétaire d'État à la Défense n'avais aucune idée de ce qui se passais.

Il semble que plusieurs officiers de la pyramide se soient ligués pour désobéir aux ordres en refusant de frapper l'Irak le 6 Septembre. C'est le résumé que je m'en fait, nous avons passé à un poil d'une guerre atomique le 6 Septembre.

Zylag a dit...

Le mystérieux bol du B-52 s'est passé le 30 août, tel que rapporté ici par la BBC, seulement quelques jours avant le vole des F-15 israéliens.

Il s'est passé quelque chose cette semaine-là. Tom Clancy nous racontera cela plus tard...