dimanche 26 août 2007

Voici Minizylag

La rédaction d'un blogue est chose complexe. Il faut parfois la sensibilité d'un poète, la rigueur d'un analyste, la sagesse (au sens de conventional wisdom) d'un éditorialiste, l'imagination d'un réformiste social et l'audace intellectuelle d'un... intello.

Quand vous devez être tout cela à la fois, mais pas le même à chaque jour, cela finit par dérouter le lecteur: "Est-ce de l'ironie ?" "C'est drôlement charrié, mais les sources semblent impeccables..." "Ouais, on l'a vu partout, ce clip..." "Dis donc, il est vraiment sérieux, ce matin !", etc.

Pour illustrer mon propos d'hier sur les intellos, je suis tombé par hasard sur cette photo de Mo Morgan que j'ai trouvée appropriée:


Puis il m'est venu à l'idée que, pour mieux guider le lecteur dans le dédale des humeurs du blogueur, je pourrais me servir de l'image de ce petit gorille, qu'on pourrait appeler Minizylag, pour signer des propos d'intello, vachement prétentieux, complètement déconnectés des préoccupations du peuple, à la limite du mépris même, s'il le faut, et qui ne seraient tenus bien sûr qu'en vue de son éducation...

Ainsi, dans son premier message, Minizylag informe tous les environnementalistes que, si l'humanité ne s'autodétruit pas à la suite de la disparition des énergies fossiles et si l'humanité peut s'adapter à la nouvelle ère glaciaire prévue dans 30 000 ans, elle ne pourra tout de même pas échapper à son destin qui est l'anéantissement total.

En effet, Minizylag vient d'apprendre que la galaxie d'Andromède fonce sur nous, habitants de la Voie lactée, à la vitesse de 40 km/s. Il est prévu que nous serons frappés dans quatre milliards d'années. (1)

Sur le plan concret, au niveau des préoccupations de ceux qui ont besoin d'acheter de la peinture à l'huile aux Galeries Laval cet après-midi, cela semble loin, 4 milliards d'années. C'est comme quand on a 16 ans en qu'on nous dit que l'espérance de vie au Canada est de 80 ans. On se dit qu'on a le temps. Mais sur le plan intellectuel, philosophique même, cela pose le problème de l'inéluctabilité de la mort.

De savoir que l'humanité, malgré ses pitoyables efforts pour survivre, lesquels vont du recyclage des boîtes de petits pois sans papier à la mise en place d'une grande organisation comme l'ONU, est confrontée à l'inéluctable destin de disparaître, cela devrait faire réfléchir. Même les voyages interplanétaires ne nous sauveront pas. Les religions et leurs vies éternelles ont-elles encore un sens ? L'Histoire n'a plus de direction, les peuples n'ont plus de destinée manifeste, les morales ne sont plus que des modus vivendi, temporaires et ajustables, à l'intention des groupes sociaux.

"Sommes-nous capables d'affronter sans broncher le vide intersidéral de l'absurdité de l'existence ? " nous demande Minizylag.
___________________________________________________________

(1) REEVES, Hubert, Chroniques des atomes et des galaxies, Paris, Seuil/France Culture, 2007, page 98.

9 commentaires:

Artimon a dit...

belle perspective en vue cher minizylag! Mais quand je regarde la période de temps prise par l'existence de l'homme, relativement à l'age approximatif de la terre (4.5 Milliard d'années), je me dis que l'on a pas mal de chance de voir l'humanité disparaître avant que cette galaxie nous tombe dessus. On peux même se pencher sur notre insignifiance dans l'univers, sur une période de temps mille fois plus petite, ce ne serait déjà pas grand chose ...

C'est vrai que ce n'est pas facile d'être conscient de son existence!

Anonyme a dit...

J'adore Hubert Reeves. Quel grand personnage et quel magnifique intellectuel. Et poète.^

Mon prochain cadeau de moi à moi, ce livre.

Tu n'as pas besoin de te qualifier de mini ou de sortir de toi. Je n'ai aucune allergie face aux intellectuels, dont je fais joyeusement partie, ni face aux artistes (ça aussi, j'en suis).

Pas d'allergie non plus aux physiciens, astrophysiciens, scientifiques, pas d'allergie face aux travailleurs et travailleuses d'usine, agricultrices/teurs, plombiers/ières, enfants, personnes vertes, jaunes, rouges, roses, oranges, noires, avec ou sans antennes. Tant que tout ce beau monde est honnête et respecte les droits de la personne.

Donc une allergie féroce face aux croyances et religions. Pas automatiquement aux personnes qui en ont. Ça dépend quoi et comment, puisqu'aucune religion ne respecte les droits de la personne dans ses dogmes, si on les adopte, dont l'égalité femmes/hommes.

Le néant Derthal nous guette. Il est en chacun de nous. Nous sommes à la fois tout et rien, et bien des choses entre les deux. Je hais la vie parce qu'elle finit pour des personnes qui sont comme j'ai décrit ci-haut (sans être parfaites entendons-nous) et s'éternise pour d'autres, tellement plus nombreux, qui me donneraient des envies d'eugénisme ou de... Grrr. Je me tais.

Grand, moyen et MiniZylag, à plus! Attention dans l'achat de ta peinture, sois le plus écolo possible!

Zed :)

Zylag a dit...

@ Artimon: Bien d'accord, il y a des pessimistes qui ne donnent pas 100 ans à l'humanité. Je parle d'Andromède pour donner à réfléchir aux indécrottables optimistes qui pensent que l'humanité va toujours s'en sortir.

Voire, il se trouvera sûrement quelqu'un pour parler de voyages intergalactiques en passant par les trous noirs...


@ zed blog: on se rejoint sur les religions et sur ceux qui les utilisent pour manipuler. Et sur tout le reste, excepté pour la peinture. Elle doit faire le travail en une seule couche avant d'être écolo...

Anonyme a dit...

Hélas, on se rejoint aussi pour la peinture. Les couleurs de ma maison ne se font pas en récupérée. La recherche est loin d'être à point là dedans, comme bien ailleurs.

Les trous noirs : bonne idée pour le voyage de plus de la moitié de la planète, quant à moi.

Tiens, pourquoi pas commencer avec tous ceux et celles qui ont envie de se faire sauter au nom de...

À moins que le fin de l'histoire ne soit aussi walt-disnéenne (tellement stupide) que dans le film d'autrefois, c'était quoi, donc? Space Odissey? J'ai oublié. Tu le sauras, toi.

:) Zed

Zylag a dit...

Il s'agit peut-être de 2001: A Space Odyssey, de Stanley Kubrick.

Si c'est le cas, beaucoup de critiques considèrent Kubrick comme une génie. Et pratiquement tous ceux de ma génération qui fumaient du pot ont trippé sur le voyage en couleurs de la fin. C'est pour eux un film-culte, finalement.

Mais les temps changent, n'est-ce pas ?

Anonyme a dit...

Zylag, puis-je me permettre de te suggérer un lien (où j'ai mis ton billet Les intellos en lien) qui pourrait t'intéresser?

C'est chez Accent Grave

Zed :)

Zylag a dit...

Pas de problème. Il n'y a aucun copyright sur le blogue.

Anonyme a dit...

Hihi!

Pas sûre qu'on se soit compris... Je n'ai rien copié...

J'ai plutôt fait de la pub pour toi :))) mis en lien ton billet chez Accent Grave et j'ai mis le lien de ce dernier dans mon commentaire précédent pour que tu puisses aller voir son billet. Donc, tu cliques sur le nom Accent Grave et tu aboutiras chez lui, sur le billet qui pourrais t'intéresser.

Vos billets sur le même sujet se croisent et je crois que l'un et l'autre seriez intéressés par euh le billet de l'autre et l'un?

Zed :)

Zylag a dit...

OK, je comprends. Le billet d'Accent Grave est très bien. Je vais d'ailleurs régulièrement sur ce site intéressant.

Merci pour la pub.